En région Occitanie comme ailleurs, Blanquer continue la destruction de l’école !

La politique de JM Blanquer est destructrice. La liste est longue des erreurs politiques : 1800 suppressions de postes dans le second degré, des heures supplémentaires en augmentation exponentielle, des moyens en moins pour l’éducation prioritaire, une offre de formation qui diminue encore en Lycée Professionnel….

Alors que la crise sanitaire qui sévit a rendu extrêmement difficile tant la vie de lycéens que l’exercice de la profession d’enseignant, ces derniers découvrent dans l’ensemble des établissements la politique destructrice de ce gouvernement.

Quand il aurait fallu, déjà l’an dernier, en anticipant pour la rentrée de septembre, recruter de manière conséquente des professeurs pour faire face aux besoins exprimés, le gouvernement et le premier ministre suppriment des postes et proposent comme alternative d’augmenter la charge de travail !

Assez de l’illusionniste Blanquer qui, par un tour de passe-passe, fait disparaître les postes dans le second degré pour soi-disant servir le premier degré. Il s’agit plutôt de prendre d’un côté pour donner ailleurs.

Arrêtons le massacre de l’école publique !

Une collectivité comme la région Occitanie, finançant fonctionnement et investissement des lycées, se doit de manifester publiquement son désaccord devant cette politique de casse.

Pour notre part, en tant qu’élu-e-s de La France Insoumise, engagé-e-s dans la démarche pour une Occitanie Populaire, clairmeent indépendante des élus LREM, nous proposons une profonde ré-orientation des politiques régionales dont la priorité sera la défense du service public d’éducation.

Nous soutenons les enseignant-e-s et les parents d’élèves, les agents, les élèves dans leur refus des suppressions, et revendiquons un plan de recrutement massif de professeurs titulaires pour faire face aux besoins.

Myriam Martin, élue France Insoumise Occitanie, présidente de la commission éducation, jeunesse.

Halte au projet Amazon près du Pont Du Gard !

Près du Pont du Gard, à Fournès, la multinationale Amazon compte installer un méga Hangar pour l’e-commerce de 14 hectares !

Ce projet reçoit la complicité du gouvernement et d’élus locaux. Fort heureusement, un collectif s’est mis en place pour dénoncer ce projet catastrophique à bien des égards et a initié une véritable mobilisation citoyenne.

Ce projet, contrairement à ce qu’affirment ses promoteurs, ne créerait pas d’emploi mais en détruirai. Pour un emploi créé par Amazon, quatre emplois locaux sont détruits. Sans compter qu’Amazon s’assoie sur le droit su travail et précarise l’emploi.

Cette implantation d’une aussi grande plate-forme aurait pour conséquence l’artificialisation des sols une fois de plus avec la disparition de terres arables, la multiplication de camions sur les routes, une augmentation de la pollution et des impacts très graves donc sur l’environnement et la biodiversité toujours fragilisée voire en péril avec ce type de projet.

De surcroît il est aberrant de construire un tel entrepôt à proximité du Pont-du-Gard, monument classé au patrimoine mondial de l’Unesco et attirant de très nombreux visiteurs chaque année.

La France Insoumise s’oppose en région à tous les grands projets inutiles, économiquement ruineux, socialement et écologiquement destructeurs. C’est ainsi que nous combattons déjà aux portes du Tarn un projet similaire d’implantation d’un entrepôt pour le e-commerce.

Le collectif Gardois contre ce projet aberrant appelle à une mobilisation le samedi 30 janvier au matin.

La France Insoumise ainsi que ses élu-e-s appellent à y participer

La France Insoumise sera représentée par Myriam MARTIN, conseillère régionale Occitanie et par Leïla CHAIBI, député européenne.

La France Insoumise est engagée dans la démarche pour une Occitanie populaire (www.occitaniepopulaire.fr) pour mettre en conformité les politiques régionales avec les urgences sociales, écologiques et démocratiques.

Manuel BOMPARD et Myriam MARTIN, chef.fes de file de La France Insoumise pour l’élection régionale en Occitanie
Leïla CHAIBI, député européenne
Jean-Christophe SELLIN et Guilhem SERIEYS, conseillers régionaux

Retrouvez le communiqué en format PDF: Gard communiqué Amazon

Le budget 2021 toujours pas à la hauteur des enjeux: les interventions des élu.es LFI en vidéo

Jeudi 17 décembre se tenait l’assemblée plénière pour délibérer sur le dernier budget de la mandature
Par Myriam Martin

Un débat sous « démocratie confinée »

C’était la troisième assemblée dans un format « restreint ». Si on comprend tout à fait les mesures sanitaires appliquées, rien par contre, ne peut justifier que le débat sur le budget soit réduit à une demi-journée. Le temps consacré à cette supposée délibération est un des plus courts de toutes les régions de France.

Aussi c’est à un rythme forcené sans aucun véritable débat à part quelques interventions, sans possibilité de présenter à l’oral les amendements proposés au vote que le budget comme l’ensemble des rapports, ont été adoptés à marche forcée. Un comble quand Carole Delga met en avant les outils d’une démocratie participative active ces derniers mois!

A quand la transition du monde ancien vers un monde nouveau ?

En plus du budget plusieurs rapports dont les préfigurations du CPER (Contrat de Plan État Région), étaient soumis à l’ordre du jour.

Il ne s’agit pas ici de rentrer dans les détails des dits rapports mais d’en présenter l’idée générale.

Force est de constater que l’orientation politique de l’exécutif de la région ne correspond pas aux enjeux actuels, tant sociaux qu’environnementaux.

C’est ce qu’a exprimé Jean Christophe Sellin lors de la première intervention des élu-e-s insoumis-e-s.

Si on a pu noter de manière positive la mise en place enfin de la gratuité des transports scolaires à partir de la rentrée de septembre 2021, l’adoption d’une délibération en faveur du vélo et un plan pour aller « vers le zéro plastique en Occitanie », l’augmentation de la part dévolue à l’investissement nous laisse interrogateur. Si faire le choix de plus d’investissements nous paraît pertinent est-ce pour autant que ces investissements répondront aux besoins de nos concitoyen-n-e-s et aux nécessités de l’heure en matière de transition écologique ? Les rapports présentés sont souvent rédigés par la technocratie dans une novlangue libérale qui oublie en général l’essentiel : les orientations politiques doivent être au service de tous et non pas au service d’une minorité ou d’obsessions que sont « le rayonnement, la compétitivité, une économie tournée vers l’exportation ». C’est le sens de l’intervention de Myriam Martin.

Quant aux déclarations d’intention de l’exécutif présidé par Mme Delga, en matière d’écologie, on ne peut que constater une fois de plus qu’elles sont contredites par les choix opérés. Le plus éclatant est celui de l’extension du port de Port La Nouvelle, à la fois gabegie financière et désastre écologique. C’est ce qu’a démontré l’intervention de Guilhem Sérieys. 

En plus des amendements budgétaires, deux questions orales ont été posées par les Insoumis-e-s : Question sur la transparence du marché des masques suite à l’enquête de Radio France et une question sur le développement de parcs géants de photovoltaïque sur des terres agricoles. Vous pouvez retrouver tous les amendements, questions et voeux proposés par les élus insoumis ici:  Propositions LFI Budget 2021 Occitanie.

Enfin, les élu-e-s insoumis-e-s ont présenté un voeu sur les dangers sanitaires provoqués par la méthanisation industrielle et son développement, demandant à la région Occitanue d’intervenir auprès de l’ARS (Agence Régionale de Santé) pour procéder à des analyses sur l’eau, l’air et les digestats (les boues issues de la méthanisation, répandues sur les terres agricoles comme fertilisant). Refus catégorique de Carole Delga qui a éludé tout débat et échanges et a appelé à voter contre le voeu de la France Insoumise.

Une assemblée plénière sur le budget qui s’est achevée comme s’achève cette mandature : sans perspective de changement en faveur d’une region plus solidaire, plus écologique et plus démocratique.

Les élections regionals de 2021 probablement en juin prochain, seront l’occasion de voter pour un changement radical de braquet, il y a urgence. La France Insoumise, par ses orientations, se propose à porter, avec d’autres un projet social, écologique et démocratique. En Occitanie, chacun est invité à participer en signant sur www.occitaniepopulaire.fr.

Assemblée régionale du 19 novembre 2020: les élus insoumis font avancer des causes communes

Face à la crise sanitaire et pour préparer l’avenir, les élus insoumis font avancer des causes communes.

Nous nous félicitons que deux propositions des élus insoumis aient été voté majoritairement par l’Assemblée régionale. Ainsi, la Région s’est prononcée pour :

Par contre, le voeu que nous avons porté pour un fonds d’urgence pour les arts et la culture a été rejeté en raison de l’opposition des groupes PS et PRG. Nous le déplorons.

Parce que les crises écologiques, sociales et démocratiques appellent des réponses à la hauteur des enjeux, nous n’avons pas approuvé la délibération « Green New Deal régional ». Les propositions de la convention citoyenne, au lieu d’être approfondies, sont ramenées à des généralités pour justifier les politiques régionales existantes. Au contraire, il aurait été bienvenu d’introduire le RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne) et de mettre en conformité les actes de la Région avec les ambitions écologiques affichées. Une alternative est nécessaire, notamment pour réorienter les politiques régionales, protéger l’emploi, organiser la relocalisation des activités économiques et cesser les grands projets ruineux et désastreux pour l’écologie. La question sociale doit également devenir centrale avec les annonces successives de plans sociaux en Région.

Vous pouvez retrouver l’intervention de Guilhem Serieys à propos de « Green New Deal » ainsi que celle de Jean-Christophe Sellin sur les orientations budgétaires.

Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys, conseillers régionaux de La France Insoumise

Covid et recrutement d’agents régionaux des lycées en Occitanie : Carole Delga écoute enfin les élus insoumis !

Enfin ! Face à l’impossibilité de bien assurer les protocoles sanitaires dans les lycées, la présidente du Conseil régional, Carole Delga, vient de proposer le recrutement 80 Agents régionaux pour les lycées publics d’Occitanie.

Nous nous réjouissons de cette annonce mais nous ne pouvons que regretter que ce choix arrive si tard, après qu’elle se soit opposée si longtemps à cette nécessité. Cela fait 5 ans que nous plaidons pour un recrutement conséquent d’agents afin de faire face aux besoins et de répondre aux missions de service public des lycées. Lors de l’adoption du Budget 2020 de la Région Occitanie, les élus insoumis avaient été les seuls à proposer et voter pour le recrutement d’Agents Régionaux des Lycées ! Nous l’avons encore proposé lors de l’Assemblée du 16 juillet dernier. Carole Delga avait appelé à s’y opposer. Pourtant, au regard de la pénibilité du travail (milieu de travail accidentogène, troubles musculo-squelettiques liés au travail ) et de la pandémie qui a révélé avec acuité les besoins non couverts dans les lycées en raison de l’insuffisance d’agents pour appliquer l’ensemble des mesures sanitaires, c’est le recrutements de 200 agents supplémentaires qui est encore nécessaire.

Nous continuerons à porter des propositions constructives et financées pour une Région qui doit se porter à la hauteur des urgences sanitaires, sociales, écologiques et démocratiques de notre temps. 

Nous continuerons à porter des propositions constructives et financées pour une Région qui doit se porter à la hauteur des urgences sanitaires, sociales, écologiques et démocratiques de notre temps. 

Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys,
Conseillers régionaux de La France Insoumise

Situation sanitaire : école en danger!

Alors que le confinement a été décidé le 29 octobre dernier, tous les établissements scolaires ont tous réouvert le 2 novembre, après les vacances de la Toussaint, avec un nouveau protocole sanitaire. Après l’avoir allégé en septembre, Jean Michel Blanquer, ministre de l’éducation, a décidé de le renforcer suite à l’annonce du confinement.
Or en réalité, il n’en est rien. Pour améliorer les conditions sanitaires, il faudrait dès à présent davantage de personnels et de moyens, pour assurer un nettoyage quotidien à la hauteur, mais aussi modifier l’organisation pédagogique, avec des cours en demi-groupe notamment. Si ces mesures ne sont pas adoptées, on risque d’observer rapidement une explosion de la pandémie dans les établissements scolaires, dans les collèges et les lycées en particulier.
Il est donc tout à fait légitime que les enseignant-e-s fassent valoir leur droit de retrait ou se mettent en grève, dans de nombreux établissements en France, et dans notre région, comme au collège Georges Sand à Toulouse et au lycée Pierre Mendes Frances à Montpellier. C’est la seule solution aujourd’hui pour être entendu. Sans cela les contaminations vont se poursuivre et les établissements scolaires seront obligés de fermer. J’apporte tout mon soutien aux collègues en grève ou en droit de retrait.

Myriam Martin Conseillère régionale LFI
Présidente de la commission éducation 

Éducation Nationale : pas de masques gratuits pour les enseignant-e-s mais des masques dangereux pour leur santé !


L’Éducation Nationale pourrait avoir distribuer des masques dangereux et inefficaces en terme de protection, aux enseignant-e-s.

Il est également nécessaire de vérifier si des élèves n’en ont pas été destinataires.

En effet suite aux révélations du site d’information Reporterre ( https://reporterre.net/L-Education-nationale-a-t-elle-distribue-des-masques-toxiques-aux-enseignants ), nous souhaitons alerter les institutions scolaires et l’opinion sur la nocivité très probable des masques distribués à la rentrée principalement aux enseignant-e-s.

Pourquoi ces masques sont ils potentiellement toxiques pour la santé?

Parce qu’ils sont traités à la zéolithe d’argent. Cet élément peut s’accumuler dans le corps et peut être nocif lors d’une exposition et d’une inhalation de longue durée , ce qui est le cas quand on porte le masque 8 heures par jour (accumulation des granules métalliques dans le foie, les reins, les intestins et les glandes surrénales, risque de nuire à la fertilité). De surcroît, ces particules d’argent seraient aussi néfastes pour l’environnement, très toxiques pour les organismes aquatiques.

La distribution de ces masques a au moins fait un « heureux », la société Dim pour qui ce marché est une sacrée manne financière.

En l’état il est urgent de prévenir les personnels enseignants de ne pas utiliser ces masques et de les retirer des établissements.

Nous exigeons la distribution à tous les personnels et tous les élèves de masques chirurgicaux gratuits.

Myriam Martin, conseillère régionale Occitanie, présidente de la commission éducation, jeunesse
Jean Christophe Sellin, conseiller régional Occitanie
Guilhem Serieys, conseiller régional Occitanie
Manuel Bompard, député européen
Michel Larive, député
Muriel Resseguier, députée
Bénédicte Taurine, députée

Emploi, méga-scierie, interdiction des manifs… : les faits marquants de l’Assemblée régionale du 16 juillet

Victoire pour l’emploi 

Lors de l’Assemblée plénière du Conseil régional du 16 juillet 2020, les élu-es de La France Insoumise ont proposé et fait adopter un vœu intitulé « Pour un bouclier social et une planification écologique ». face aux plans de suppressions d’emplois dans la filière aéronautique.

Seuls les élus du RN et de droite ne l’ont pas voté. La Région demande le maintien des emplois et le niveau des salaires et condamne les Accords de Performance Collective comme celui de l’entreprise Derichebourg. Vous pouvez retrouvez ici le texte du vœu adopté. Nous adressons notre soutien fraternel aux salarié-e-s concerné-e-s.

La méga-scierie de Lannemezan

Dans la continuité de nos combats contre les grands projets inutiles, nous avons alerté les élu-e-s de la région Occitanie et proposé un vœu sur le projet d’installation d’une importante scierie et d’une usine de co-générération sur le plateau de Lannemezan. Ce projet aurait pour conséquence une dégradation importante du patrimoine des hêtraies Pyrénéennes. Nous avons donc proposé le vote d’une motion pour demander l’abandon de ce projet. Nous n’avons pas été suivis par les conseillers régionaux PS, PRG, LREM, droite et FN qui ont tous refusé de voter notre proposition.

L’interdiction des manifestations

Nous avions déposé un question orale pour interroger Carole Delga sur sa demande plusieurs fois réitérée, au nom du Conseil régional, de généralisation de l’interdiction des manifestations sur tout le territoire d’Occitanie le samedi au delà du 10 juillet. Nous voulions aussi lui demander de clarifier sa pensée vis à vis des élus de La France Insoumise qu’elle a qualifié dans la presse de « soutiens des casseurs ». Carole Delga a déclaré irrecevable notre question orale et a donc refusé d’y répondre au prétexte que ce sujet ne serait pas « d’intérêt régional ». C’est pourtant justement elle qui a déclaré avoir saisi le préfet de Région pour demander cette généralisation de l’interdiction de manifester en sa qualité de présidente de Région. Nous condamnons très fermement sa positon qui sur le fond est une atteinte au droit fondamental de manifestation et qui sur la forme est une utilisation abusive de ses prérogatives d’autant plus inacceptable qu’elle refuse d’en rendre compte devant l’Assemblée délibérante.

Les interventions des élus insoumis

Vous pouvez retrouver nos interventions en vidéos.
Myriam Martin est intervenue sur le « plan de relance pour l’emploi » qui n’est pas à la hauteur des enjeux, concernant entre autres l’aéronautique : l’aide de la collectivité sans contrepartie n’est pas acceptable quand Airbus annonce autant de licenciements. La crise de l’aéronautique exige d’autres réponses sociales et structurelles, dirigeant la filière là aussi, vers la transition écologique. Les élus insoumis se sont abstenus sur ce plan quand tous les autres élus (PS, PCF, EELV, droite, FN) l’ont approuvé.
Guilhem Serieys est intervenu sur la proposition de « Green New Deal, acte 1 » qui est un satisfecit vis à vis du plan de relance proposé par la commission européenne. Ce plan est pourtant une entourloupe puisqu’il est insuffisant et surtout conditionné au Semestre européen, c’est à dire à des conditions de type « réformes structurelles » réforme des retraites, privatisations… Il a rappelé que pour engager la bifurcation écologique régionale, il fallait commencer par stopper les Grands Projets Inutiles portés ou soutenus par la Région comme l’autoroute Castres-Toulouse ou le Grand port de Port-La-Nouvelle. Il s’est enfin prononcé pour que les citoyens qui participeront à la convention citoyenne tirée au sort au mois de septembre puissent avoir plus de droits démocratiques et de temps de parole que les élus minoritaires de l’Assemblée régionale qui sont limités, en toute irrégularité, à une minute d’expression.
Jean-Christophe Sellin s’est exprimé sur la DM et les finances régionales qui vont être impactées par les conséquences de la refonte de la taxe professionnelle (CVAE) et des dotations de fonctionnement indexées sur la TVA. C’est une arnaque gouvernementale, malheureusement prévisible qui étrangle aujourd’hui les régions. Nous l’avions dénoncée depuis longtemps.

Face au plan de la direction d’Airbus, bouclier social et planification écologique !

La nouvelle est tombée : 15000 postes vont être supprimés dans le monde dont 5000 en France. A Toulouse ce n’est pas loin de 3500 emplois qui sont menacés. En fait c’est toute la Région Occitanie qui va être impactée.

Bizarrement, cette annonce survient au lendemain deuxième tour des municipales et après l’annonce d’une aide d’Etat de 15 milliards pour la filière aéronautique.

La question de la conditionnalité des aides se pose avec encore plus d’acuité comme celle de l’interdiction des licenciements.

Rien d’étonnant à ce que la colère gronde du côté des salarié-e-s. D’autant plus que le carnet de commandes serait plein jusqu’en 2027. Sans compter qu’Airbus a connu une croissance exponentielle ces dernières années et de colossaux bénéfices.

Il n’est donc pas question que les salarié-e-s d’Airbus comme des sous-traitants payent la note une fois de plus.

Des solutions existent. La première c’est de partager le travail, et de procéder à la diminution du temps de travail, pour permettre à tout le monde de travailler, sans diminution de salaire.

Les autres solutions c’est de s’engager résolument sur le chemin de la transition écologique, en travaillant notamment à des avions GES (Gaz à Effet de Serre) par le renouvellement de la flotte et en élaborant d’autres pistes de reconversion.

La France Insoumise s’oppose à la suppression des emplois et soutient toutes les actions menées par les salarié-e-s.

Déclarations des élu-e-s LFI, région Occitanie, Myriam Martin, Jean Christophe Sellin et Guilhem Serieys – Toulouse le 2 juillet 2020