Port-La-Nouvelle: le contraire de ce qu’il faut faire / Les incohérence budgétaires de la région Occitanie

Lors de l’Assemblée régionale du 17 décembre, les élus insoumis ont avancé des propositions d’intérêt général et écologiques.

Nous avons notamment porté un amendement pour instaurer un moratoire sur la privatisation du port de Port-La-Nouvelle et ses travaux écocides. Ce projet est ruineux pour la collectivité et lucratif pour l’opérateur privé. Il est aberrant d’un point de vue agricole, énergétique et environnemental. Nous avons malheureusement été les seuls à exprimer en Assemblée la nécessité de ce moratoire qui a de nouveau été refusé  par la majorité.

Nous avons par ailleurs proposé des causes communes pour amender le budget et y inscrire notamment :

  • le recrutement d’Agents Régionaux des Lycées pour répondre enfin aux besoins exprimés par les établissements et permettre une meilleure application des protocoles sanitaires
  • l’incitation aux retours en régies publiques de l’eau pour œuvrer à la protection de la ressource
  • un soutien plus fort à l’agriculture bio
  • la priorité aux aides à l’économie de proximité (commerçants, artisans,TPE-PME, économie sociale et solidaire…), à la relocalisation des productions et à la sauvegarde de l’emploi avec des contreparties sociales et écologiques
  • le doublement des aides au développement des centres de santé publics
  • un rééquilibrage en faveur du soutien à l’emploi associatif, à la culture et au sport dont les difficultés sont démultipliées par la situation sanitaire

Si nous avons obtenu la généralisation de la gratuité des transports scolaires sur toute la région pour la rentrée scolaire, aucun de nos amendements n’a été adopté.

Nous n’avons pas approuvé ce budget 2021 qui valide la privatisation du port de PLN et n’est pas à la hauteur des urgences sociales et des nécessités écologiques. Celles et ceux qui ont soutenu ce budget sont enlisés dans le « et en même temps ».

Comment privatiser un port en Occitanie tout en condamnant la privatisation d’Aéroport de Paris?

Comment miser sur l’importation de céréales d’Amérique du Nord tout en prétendant combattre l’accord de libre échange avec le Canada ?

A quoi sert un Green Deal régional quand il s’accompagne de projets désastreux pour l’écologie ? Pourquoi acheter des publicités « J’achète dans ma zone » pour défendre dans le même temps l’implantation d’un entrepôt de 7 ha aux Portes du Tarn dédié à l’e-commerce de type Amazon ?

Une alternative positive est nécessaire lors des prochaines élections régionales pour mettre en place un bouclier social, instaurer la bifurcation écologique et la rénovation démocratique.

Nous invitons celles et ceux qui veulent cette alternative à se fédérer et à signer l’appel pour une fédération populaire en Occitanie sur www.occitaniepopulaire.fr

Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys,
conseillers régionaux LFI

Budget 2021: les propositions alternatives des élus insoumis

Le budget 2021 proposé par Carole Delga n’est pas à la hauteur des urgences démocratiques, écologiques et sociales. Il privatise le port de Port-La-Nouvelle, il n’instaure pas de contreparties sociales et écologiques suffisantes aux aides aux entreprises, il ne permet pas de bien respecter les protocoles sanitaires dans les lycées, il n’est pas suffisant pour aider réellement les acteurs culturels et associatifs frappés par la crise.
Voici les propositions alternatives soumises au vote de l’Assemblée par les élus insoumis, Myriam MARTIN, Jean-Christophe SELLIN et Guilhem SERIEYS

En format PDF: Propositions LFI Budget 2021 Occitanie  (cliquer pour ouvrir)

En Calaméo:

Irrégularité de l’organisation du vote du Budget 2021: courrier de protestation

Voici le courrier de protestation envoyé ce jour par les conseillers régionaux LFI à Carole Delga, présidente de Région,  Gérard Onesta président du bureau de l’Assemblée et aux présidents de groupes politiques concernant les conditions d’organisation du vote du budget 2021 du Conseil régional qui sont irrégulières en ce qu’elles privent les élus de leurs prérogatives et notamment de leur pouvoir de délibérer et de toute possibilité réelle d’amendement.
Vous pouvez prendre connaissance de l’intégralité du courrier et des annexes juridiques ici:  courrier AP et amendements.

Myriam MARTIN
Jean-Christophe SELLIN
Guilhem SERIEYS
Conseillers régionaux
22, boulevard du Maréchal Juin, 31400 Toulouse

Toulouse, le 7 décembre 2020

Madame Carole DELGA, président du Conseil régional Occitanie
Monsieur Gérard ONESTA, président du bureau de l’Assemblée
Monsieur Didier CODORNIOU et Sylvia PINEL, co-président-e-s du groupe des Radicaux,
Messieurs Romain PAGNOUX et Nicolas COSSANGE, co-présidents du groupe Nouveau Monde
Monsieur Christian AAASAF, président du groupe Socialiste, Républicain et Citoyen
Monsieur Christophe RIVENQ, président du groupe Union des élus de la Droite et du Centre
Monsieur Julien SANCHEZ, président du groupe Rassemblement National

Madame la Présidente, monsieur le président, madame et messieurs les présidents de groupes,

nous avons pris connaissance des modalités d’organisation de l’Assemblée Plénière du Conseil régional Occitanie du 17 décembre 2020 qui ont été définies par la « Conférence de présidents de groupe » dont vous êtes membres et qui s’est réunie le 2 décembre dernier concernant notamment des temps de parole et des délais de dépôt des amendements, vœux et questions orales.

Tout d’abord, nous tenons à vous faire savoir que le fait de tenir notre Assemblée du 17 décembre prochain, consacrée au vote du Budget Primitif 2021, sur une unique demi-journée, ne correspond pas à l’idée que nous nous faisons de la vie démocratique d’une Assemblée comme la notre. Il s’agit d’une atteinte au pouvoir délibérant de notre assemblée plénière. Celle-ci est en effet appelée à délibérer sur un budget de 3,5 milliards d’euros. La nécessité de pouvoir discuter des choix politiques de ces inscriptions budgétaires est rendue d’autant plus nécessaire par la situation du pays qui appelle plus que jamais à des interventions publiques pour faire face aux crises sociales, sanitaires, écologiques et démocratiques.

Par ailleurs, nous exprimons par la présente notre plus complet désaccord sur les temps de parole que vous avez définis ainsi que sur les délais de dépôt des amendements, vœux et questions orales. Au demeurant, il s’agit de décisions irrégulières. Aussi, nous vous prions de bien vouloir les modifier pour permettre à notre Assemblée Plénière de délibérer dans des conditions respectueuses des droits des élu-e-s et conformes au droit en vigueur.

Concernant les temps de parole, vous attribuez à chacun des trois élu-e-s que nous sommes une unique minute de temps de parole alors qu’il s’agit de délibérer sur huit rapports inscrits à l’ordre du jour, dont l’adoption du budget primitif 2021. Cette décision ne permet pas à notre assemblée de délibérer dans des conditions démocratiques acceptables. Aucune assemblée délibérante de notre pays ne fixe un temps de parole aussi limité à des élu-e-s, et pour cause, c’est une limite irrégulière. Nous vous prions de bien vouloir revenir sur cette décision qui est irrégulière puisque reposant sur le fondement de l’article 12 du Règlement Intérieur de notre Assemblée, lui-même irrégulier. Sur le caractère irrégulier de l’article 12 du RI, nous vous renvoyons à l’annexe 1 jointe à ce courrier.

Concernant les dates limites de dépôt des amendements, vœux et questions orales, vous proposez de « repousser les délais de dépôt des amendements au vendredi 11/12 au lieu du jeudi 10/12 en raison des réunions des Commissions Sectorielles le 10 décembre ». Vous n’êtes pas sans savoir qu’une Commission Permanente se déroule le 11 décembre. 14 000 pages de délibérations sont inscrites à l’ordre du jour de cette Commission Permanente. Il est impossible de pouvoir exercer dans de bonnes conditions notre droit d’amendement inhérent au droit d’initiative des conseillers régionaux alors que nous devons préparer une telle commission permanente qui se réunit le jour où nous sommes censés déposer les amendements au projet de budget 2021 du Conseil Régional.

De plus, la commission sectorielle chargée d’examiner et d’émettre un avis sur le Budget primitif 2021 se réunie jeudi 10 décembre. Selon le calendrier proposé, les élus auraient donc uniquement 24 h pour préparer et déposer des amendements budgétaires. Ce n’est pas respectueux des prérogatives des membres de notre Assemblée délibérante.

Par ailleurs, nous soulignons encore ici aussi le caractère irrégulier de cette décision qui se fonde sur l’article 14 du règlement intérieur, lui-même irrégulier. Sur le caractère irrégulier de l’article 14, nous vous renvoyons à l’annexe 2 jointe à ce courrier.

Nous vous prions en conséquence de bien vouloir reporter, au minimum au mardi 15 décembre, la date limite de dépôt des vœux, amendements et questions orales.

Madame la Présidente, madame et messieurs les présidents, nous vous remercions de bien vouloir donner suite à notre demande et vous prions de recevoir nos salutations les plus républicaines..

Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys

Annexes à retrouver ici: courrier AP et amendements

Assemblée régionale du 19 novembre 2020: les élus insoumis font avancer des causes communes

Face à la crise sanitaire et pour préparer l’avenir, les élus insoumis font avancer des causes communes.

Nous nous félicitons que deux propositions des élus insoumis aient été voté majoritairement par l’Assemblée régionale. Ainsi, la Région s’est prononcée pour :

Par contre, le voeu que nous avons porté pour un fonds d’urgence pour les arts et la culture a été rejeté en raison de l’opposition des groupes PS et PRG. Nous le déplorons.

Parce que les crises écologiques, sociales et démocratiques appellent des réponses à la hauteur des enjeux, nous n’avons pas approuvé la délibération « Green New Deal régional ». Les propositions de la convention citoyenne, au lieu d’être approfondies, sont ramenées à des généralités pour justifier les politiques régionales existantes. Au contraire, il aurait été bienvenu d’introduire le RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne) et de mettre en conformité les actes de la Région avec les ambitions écologiques affichées. Une alternative est nécessaire, notamment pour réorienter les politiques régionales, protéger l’emploi, organiser la relocalisation des activités économiques et cesser les grands projets ruineux et désastreux pour l’écologie. La question sociale doit également devenir centrale avec les annonces successives de plans sociaux en Région.

Vous pouvez retrouver l’intervention de Guilhem Serieys à propos de « Green New Deal » ainsi que celle de Jean-Christophe Sellin sur les orientations budgétaires.

Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys, conseillers régionaux de La France Insoumise

Après l’expulsion d’un père de famille, le reste de la famille est menacée à Foix

Hier, 10 novembre, un père de famille d’origine Albanaise a été amené du centre de rétention de Cornebarrieu où il était retenu depuis un mois, pour Lille afin d’être expulsé. Sa famille elle, est restée à Foix, aucun des membres n’a pu revoir le père avant son départ.

Nous nous opposons à de telles méthodes inhumaines et nous nous indignons devant l’attitude fermée de Mme La Préfète de l’Ariège qui n’a pas permis à cette famille de faire appel de l’OQTF ( Obligation de Quitter le Territoire ) et qui ne veut pas réexaminer la situation de cette famille installée à Foix depuis 5 ans, bien intégrée, dont les enfants sont tous scolarisés et dont les deux parents ont deux promesses d’embauches en bonne et due forme.

Pire que cela Mme La Préfète dans un courrier adressé à notre député Adrien Quattenens qui s’est ému de cette expulsion, se plaint « du coût de prise en charge de cette famille pendant 5 ans »! Mme La Préfète n’a pas eu peur d’utiliser les deniers publics pour expulser un père de famille, acheminé de Toulouse à Lille par 5 policiers!

Nous demandons à Madame La Préfète d’intervenir pour revoir sa position, puisque désormais une OQTF menace la mère de famille.

Les elu-e-s de la France Insoumise conseil régional Occitanie
Myriam Martin
Jean Christophe Sellin
Guilhem Serieys

Covid et recrutement d’agents régionaux des lycées en Occitanie : Carole Delga écoute enfin les élus insoumis !

Enfin ! Face à l’impossibilité de bien assurer les protocoles sanitaires dans les lycées, la présidente du Conseil régional, Carole Delga, vient de proposer le recrutement 80 Agents régionaux pour les lycées publics d’Occitanie.

Nous nous réjouissons de cette annonce mais nous ne pouvons que regretter que ce choix arrive si tard, après qu’elle se soit opposée si longtemps à cette nécessité. Cela fait 5 ans que nous plaidons pour un recrutement conséquent d’agents afin de faire face aux besoins et de répondre aux missions de service public des lycées. Lors de l’adoption du Budget 2020 de la Région Occitanie, les élus insoumis avaient été les seuls à proposer et voter pour le recrutement d’Agents Régionaux des Lycées ! Nous l’avons encore proposé lors de l’Assemblée du 16 juillet dernier. Carole Delga avait appelé à s’y opposer. Pourtant, au regard de la pénibilité du travail (milieu de travail accidentogène, troubles musculo-squelettiques liés au travail ) et de la pandémie qui a révélé avec acuité les besoins non couverts dans les lycées en raison de l’insuffisance d’agents pour appliquer l’ensemble des mesures sanitaires, c’est le recrutements de 200 agents supplémentaires qui est encore nécessaire.

Nous continuerons à porter des propositions constructives et financées pour une Région qui doit se porter à la hauteur des urgences sanitaires, sociales, écologiques et démocratiques de notre temps. 

Nous continuerons à porter des propositions constructives et financées pour une Région qui doit se porter à la hauteur des urgences sanitaires, sociales, écologiques et démocratiques de notre temps. 

Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys,
Conseillers régionaux de La France Insoumise

Situation sanitaire : école en danger!

Alors que le confinement a été décidé le 29 octobre dernier, tous les établissements scolaires ont tous réouvert le 2 novembre, après les vacances de la Toussaint, avec un nouveau protocole sanitaire. Après l’avoir allégé en septembre, Jean Michel Blanquer, ministre de l’éducation, a décidé de le renforcer suite à l’annonce du confinement.
Or en réalité, il n’en est rien. Pour améliorer les conditions sanitaires, il faudrait dès à présent davantage de personnels et de moyens, pour assurer un nettoyage quotidien à la hauteur, mais aussi modifier l’organisation pédagogique, avec des cours en demi-groupe notamment. Si ces mesures ne sont pas adoptées, on risque d’observer rapidement une explosion de la pandémie dans les établissements scolaires, dans les collèges et les lycées en particulier.
Il est donc tout à fait légitime que les enseignant-e-s fassent valoir leur droit de retrait ou se mettent en grève, dans de nombreux établissements en France, et dans notre région, comme au collège Georges Sand à Toulouse et au lycée Pierre Mendes Frances à Montpellier. C’est la seule solution aujourd’hui pour être entendu. Sans cela les contaminations vont se poursuivre et les établissements scolaires seront obligés de fermer. J’apporte tout mon soutien aux collègues en grève ou en droit de retrait.

Myriam Martin Conseillère régionale LFI
Présidente de la commission éducation 

Éducation Nationale : pas de masques gratuits pour les enseignant-e-s mais des masques dangereux pour leur santé !


L’Éducation Nationale pourrait avoir distribuer des masques dangereux et inefficaces en terme de protection, aux enseignant-e-s.

Il est également nécessaire de vérifier si des élèves n’en ont pas été destinataires.

En effet suite aux révélations du site d’information Reporterre ( https://reporterre.net/L-Education-nationale-a-t-elle-distribue-des-masques-toxiques-aux-enseignants ), nous souhaitons alerter les institutions scolaires et l’opinion sur la nocivité très probable des masques distribués à la rentrée principalement aux enseignant-e-s.

Pourquoi ces masques sont ils potentiellement toxiques pour la santé?

Parce qu’ils sont traités à la zéolithe d’argent. Cet élément peut s’accumuler dans le corps et peut être nocif lors d’une exposition et d’une inhalation de longue durée , ce qui est le cas quand on porte le masque 8 heures par jour (accumulation des granules métalliques dans le foie, les reins, les intestins et les glandes surrénales, risque de nuire à la fertilité). De surcroît, ces particules d’argent seraient aussi néfastes pour l’environnement, très toxiques pour les organismes aquatiques.

La distribution de ces masques a au moins fait un « heureux », la société Dim pour qui ce marché est une sacrée manne financière.

En l’état il est urgent de prévenir les personnels enseignants de ne pas utiliser ces masques et de les retirer des établissements.

Nous exigeons la distribution à tous les personnels et tous les élèves de masques chirurgicaux gratuits.

Myriam Martin, conseillère régionale Occitanie, présidente de la commission éducation, jeunesse
Jean Christophe Sellin, conseiller régional Occitanie
Guilhem Serieys, conseiller régional Occitanie
Manuel Bompard, député européen
Michel Larive, député
Muriel Resseguier, députée
Bénédicte Taurine, députée

Rentrée dans les lycées d’Occitanie : face à la crise Covid_19, l’urgence de recruter des Agents Régionaux des Lycées !

La rentrée est difficile au sein des lycées d’Occitanie. La crise de la Covid 19 impose des mesures sanitaires très strictes essentiellement prises en charge par les ARL ( agents régionaux des lycées ). Or avant la crise qui sévit, les lycées connaissaient déjà des problèmes structurels de sous effectifs.

Nous alertons pourtant depuis des années sur cette situation qui ne peut être améliorée qu’en recrutant de nouveaux agents pour lutter contre la précarité, remplacer les agents malades et renforcer les équipes existantes. Nous avons aussi proposé plusieurs amendements budgétaires en ce sens qui ont tous été refusés par la présidente de Région. Nous regrettons ce choix.

Face la crise, la présidente de Région a débloqué des fonds pour les entreprises. Nous lui demandons de faire aussi des choix en faveur du service public d’éducation en recrutant de nouveaux agents afin que ces derniers puissent effectuer les missions qui leur sont confiées.

Faut il rappeler que les ARL font partie de « ces petites mains » tant vantées ces derniers mois mais dont le travail est dévalorisé et dont les revenus sont très modestes?

Sans ces agents, les lycées ne peuvent fonctionner et accueillir les élèves et les personnels enseignants et administratifs.

Il est plus que temps pour la région Occitanie de faire un effort tant pour les agents que pour le bon fonctionnement des lycées.

Communiqué des elu-e-s régionaux de la France Insoumise, Myriam Martin, Jean Christophe Sellin, Guilhem Serieys

« Plan de relance de l’UE » : une arnaque !

Communiqué des élu-e-s France Insoumise, Myriam Martin, Jean Christophe Sellin, Guilhem Serieys, conseil régional Occitanie

Ci-dessous, vous pourrez prendre connaissance de la réaction des député-e-s européen-n-e-s de la France Insoumise à l’issue du conseil européen et de l’annonce du soi-disant « plan de relance de l’UE ».

Nous partageons intégralement le contenu de cette déclaration et nous nous inquiétons des conséquences que cela aura sur nos collectivités et donc sur la nôtre, la Région Occitanie. Ce Plan est une arnaque. Le fait de bloquer les fonds si un état ne s’engage pas à mettre en place des politiques budgétaires austéritaires est notamment une des décisions majeures de ce plan. 

Une fois de plus l’UE aura fait la démonstration qu’elle n’est en rien une Europe de la coopération et de la solidarité mais qu’elle est bien une Europe de l’austérité perpétuelle.

Le soutien apporté lors de la dernière Assemblée du 16 juillet par le Conseil régional Occitanie, y compris par les élus PS, EELV et PCF, au Plan de la commission européenne apparaît comme une grave erreur. Nous avions été les seuls à le dénoncer en séance et par nos votes. La Région Occitanie se doit maintenant de prendre une initiative pour organiser la résistance des collectivités locales face à la politique austeritaire qui s’approfondit de jour en jour.

https://d-fi.lafranceinsoumise.fr/2020/07/21/reaction-de-la-delegation-france-insoumise-apres-le-conseil-europeen/