Le budget 2021 toujours pas à la hauteur des enjeux: les interventions des élu.es LFI en vidéo

Jeudi 17 décembre se tenait l’assemblée plénière pour délibérer sur le dernier budget de la mandature
Par Myriam Martin

Un débat sous « démocratie confinée »

C’était la troisième assemblée dans un format « restreint ». Si on comprend tout à fait les mesures sanitaires appliquées, rien par contre, ne peut justifier que le débat sur le budget soit réduit à une demi-journée. Le temps consacré à cette supposée délibération est un des plus courts de toutes les régions de France.

Aussi c’est à un rythme forcené sans aucun véritable débat à part quelques interventions, sans possibilité de présenter à l’oral les amendements proposés au vote que le budget comme l’ensemble des rapports, ont été adoptés à marche forcée. Un comble quand Carole Delga met en avant les outils d’une démocratie participative active ces derniers mois!

A quand la transition du monde ancien vers un monde nouveau ?

En plus du budget plusieurs rapports dont les préfigurations du CPER (Contrat de Plan État Région), étaient soumis à l’ordre du jour.

Il ne s’agit pas ici de rentrer dans les détails des dits rapports mais d’en présenter l’idée générale.

Force est de constater que l’orientation politique de l’exécutif de la région ne correspond pas aux enjeux actuels, tant sociaux qu’environnementaux.

C’est ce qu’a exprimé Jean Christophe Sellin lors de la première intervention des élu-e-s insoumis-e-s.

Si on a pu noter de manière positive la mise en place enfin de la gratuité des transports scolaires à partir de la rentrée de septembre 2021, l’adoption d’une délibération en faveur du vélo et un plan pour aller « vers le zéro plastique en Occitanie », l’augmentation de la part dévolue à l’investissement nous laisse interrogateur. Si faire le choix de plus d’investissements nous paraît pertinent est-ce pour autant que ces investissements répondront aux besoins de nos concitoyen-n-e-s et aux nécessités de l’heure en matière de transition écologique ? Les rapports présentés sont souvent rédigés par la technocratie dans une novlangue libérale qui oublie en général l’essentiel : les orientations politiques doivent être au service de tous et non pas au service d’une minorité ou d’obsessions que sont « le rayonnement, la compétitivité, une économie tournée vers l’exportation ». C’est le sens de l’intervention de Myriam Martin.

Quant aux déclarations d’intention de l’exécutif présidé par Mme Delga, en matière d’écologie, on ne peut que constater une fois de plus qu’elles sont contredites par les choix opérés. Le plus éclatant est celui de l’extension du port de Port La Nouvelle, à la fois gabegie financière et désastre écologique. C’est ce qu’a démontré l’intervention de Guilhem Sérieys. 

En plus des amendements budgétaires, deux questions orales ont été posées par les Insoumis-e-s : Question sur la transparence du marché des masques suite à l’enquête de Radio France et une question sur le développement de parcs géants de photovoltaïque sur des terres agricoles. Vous pouvez retrouver tous les amendements, questions et voeux proposés par les élus insoumis ici:  Propositions LFI Budget 2021 Occitanie.

Enfin, les élu-e-s insoumis-e-s ont présenté un voeu sur les dangers sanitaires provoqués par la méthanisation industrielle et son développement, demandant à la région Occitanue d’intervenir auprès de l’ARS (Agence Régionale de Santé) pour procéder à des analyses sur l’eau, l’air et les digestats (les boues issues de la méthanisation, répandues sur les terres agricoles comme fertilisant). Refus catégorique de Carole Delga qui a éludé tout débat et échanges et a appelé à voter contre le voeu de la France Insoumise.

Une assemblée plénière sur le budget qui s’est achevée comme s’achève cette mandature : sans perspective de changement en faveur d’une region plus solidaire, plus écologique et plus démocratique.

Les élections regionals de 2021 probablement en juin prochain, seront l’occasion de voter pour un changement radical de braquet, il y a urgence. La France Insoumise, par ses orientations, se propose à porter, avec d’autres un projet social, écologique et démocratique. En Occitanie, chacun est invité à participer en signant sur www.occitaniepopulaire.fr.

Port-La-Nouvelle: le contraire de ce qu’il faut faire / Les incohérence budgétaires de la région Occitanie

Lors de l’Assemblée régionale du 17 décembre, les élus insoumis ont avancé des propositions d’intérêt général et écologiques.

Nous avons notamment porté un amendement pour instaurer un moratoire sur la privatisation du port de Port-La-Nouvelle et ses travaux écocides. Ce projet est ruineux pour la collectivité et lucratif pour l’opérateur privé. Il est aberrant d’un point de vue agricole, énergétique et environnemental. Nous avons malheureusement été les seuls à exprimer en Assemblée la nécessité de ce moratoire qui a de nouveau été refusé  par la majorité.

Nous avons par ailleurs proposé des causes communes pour amender le budget et y inscrire notamment :

  • le recrutement d’Agents Régionaux des Lycées pour répondre enfin aux besoins exprimés par les établissements et permettre une meilleure application des protocoles sanitaires
  • l’incitation aux retours en régies publiques de l’eau pour œuvrer à la protection de la ressource
  • un soutien plus fort à l’agriculture bio
  • la priorité aux aides à l’économie de proximité (commerçants, artisans,TPE-PME, économie sociale et solidaire…), à la relocalisation des productions et à la sauvegarde de l’emploi avec des contreparties sociales et écologiques
  • le doublement des aides au développement des centres de santé publics
  • un rééquilibrage en faveur du soutien à l’emploi associatif, à la culture et au sport dont les difficultés sont démultipliées par la situation sanitaire

Si nous avons obtenu la généralisation de la gratuité des transports scolaires sur toute la région pour la rentrée scolaire, aucun de nos amendements n’a été adopté.

Nous n’avons pas approuvé ce budget 2021 qui valide la privatisation du port de PLN et n’est pas à la hauteur des urgences sociales et des nécessités écologiques. Celles et ceux qui ont soutenu ce budget sont enlisés dans le « et en même temps ».

Comment privatiser un port en Occitanie tout en condamnant la privatisation d’Aéroport de Paris?

Comment miser sur l’importation de céréales d’Amérique du Nord tout en prétendant combattre l’accord de libre échange avec le Canada ?

A quoi sert un Green Deal régional quand il s’accompagne de projets désastreux pour l’écologie ? Pourquoi acheter des publicités « J’achète dans ma zone » pour défendre dans le même temps l’implantation d’un entrepôt de 7 ha aux Portes du Tarn dédié à l’e-commerce de type Amazon ?

Une alternative positive est nécessaire lors des prochaines élections régionales pour mettre en place un bouclier social, instaurer la bifurcation écologique et la rénovation démocratique.

Nous invitons celles et ceux qui veulent cette alternative à se fédérer et à signer l’appel pour une fédération populaire en Occitanie sur www.occitaniepopulaire.fr

Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys,
conseillers régionaux LFI

Budget 2021: les propositions alternatives des élus insoumis

Le budget 2021 proposé par Carole Delga n’est pas à la hauteur des urgences démocratiques, écologiques et sociales. Il privatise le port de Port-La-Nouvelle, il n’instaure pas de contreparties sociales et écologiques suffisantes aux aides aux entreprises, il ne permet pas de bien respecter les protocoles sanitaires dans les lycées, il n’est pas suffisant pour aider réellement les acteurs culturels et associatifs frappés par la crise.
Voici les propositions alternatives soumises au vote de l’Assemblée par les élus insoumis, Myriam MARTIN, Jean-Christophe SELLIN et Guilhem SERIEYS

En format PDF: Propositions LFI Budget 2021 Occitanie  (cliquer pour ouvrir)

En Calaméo:

Irrégularité de l’organisation du vote du Budget 2021: courrier de protestation

Voici le courrier de protestation envoyé ce jour par les conseillers régionaux LFI à Carole Delga, présidente de Région,  Gérard Onesta président du bureau de l’Assemblée et aux présidents de groupes politiques concernant les conditions d’organisation du vote du budget 2021 du Conseil régional qui sont irrégulières en ce qu’elles privent les élus de leurs prérogatives et notamment de leur pouvoir de délibérer et de toute possibilité réelle d’amendement.
Vous pouvez prendre connaissance de l’intégralité du courrier et des annexes juridiques ici:  courrier AP et amendements.

Myriam MARTIN
Jean-Christophe SELLIN
Guilhem SERIEYS
Conseillers régionaux
22, boulevard du Maréchal Juin, 31400 Toulouse

Toulouse, le 7 décembre 2020

Madame Carole DELGA, président du Conseil régional Occitanie
Monsieur Gérard ONESTA, président du bureau de l’Assemblée
Monsieur Didier CODORNIOU et Sylvia PINEL, co-président-e-s du groupe des Radicaux,
Messieurs Romain PAGNOUX et Nicolas COSSANGE, co-présidents du groupe Nouveau Monde
Monsieur Christian AAASAF, président du groupe Socialiste, Républicain et Citoyen
Monsieur Christophe RIVENQ, président du groupe Union des élus de la Droite et du Centre
Monsieur Julien SANCHEZ, président du groupe Rassemblement National

Madame la Présidente, monsieur le président, madame et messieurs les présidents de groupes,

nous avons pris connaissance des modalités d’organisation de l’Assemblée Plénière du Conseil régional Occitanie du 17 décembre 2020 qui ont été définies par la « Conférence de présidents de groupe » dont vous êtes membres et qui s’est réunie le 2 décembre dernier concernant notamment des temps de parole et des délais de dépôt des amendements, vœux et questions orales.

Tout d’abord, nous tenons à vous faire savoir que le fait de tenir notre Assemblée du 17 décembre prochain, consacrée au vote du Budget Primitif 2021, sur une unique demi-journée, ne correspond pas à l’idée que nous nous faisons de la vie démocratique d’une Assemblée comme la notre. Il s’agit d’une atteinte au pouvoir délibérant de notre assemblée plénière. Celle-ci est en effet appelée à délibérer sur un budget de 3,5 milliards d’euros. La nécessité de pouvoir discuter des choix politiques de ces inscriptions budgétaires est rendue d’autant plus nécessaire par la situation du pays qui appelle plus que jamais à des interventions publiques pour faire face aux crises sociales, sanitaires, écologiques et démocratiques.

Par ailleurs, nous exprimons par la présente notre plus complet désaccord sur les temps de parole que vous avez définis ainsi que sur les délais de dépôt des amendements, vœux et questions orales. Au demeurant, il s’agit de décisions irrégulières. Aussi, nous vous prions de bien vouloir les modifier pour permettre à notre Assemblée Plénière de délibérer dans des conditions respectueuses des droits des élu-e-s et conformes au droit en vigueur.

Concernant les temps de parole, vous attribuez à chacun des trois élu-e-s que nous sommes une unique minute de temps de parole alors qu’il s’agit de délibérer sur huit rapports inscrits à l’ordre du jour, dont l’adoption du budget primitif 2021. Cette décision ne permet pas à notre assemblée de délibérer dans des conditions démocratiques acceptables. Aucune assemblée délibérante de notre pays ne fixe un temps de parole aussi limité à des élu-e-s, et pour cause, c’est une limite irrégulière. Nous vous prions de bien vouloir revenir sur cette décision qui est irrégulière puisque reposant sur le fondement de l’article 12 du Règlement Intérieur de notre Assemblée, lui-même irrégulier. Sur le caractère irrégulier de l’article 12 du RI, nous vous renvoyons à l’annexe 1 jointe à ce courrier.

Concernant les dates limites de dépôt des amendements, vœux et questions orales, vous proposez de « repousser les délais de dépôt des amendements au vendredi 11/12 au lieu du jeudi 10/12 en raison des réunions des Commissions Sectorielles le 10 décembre ». Vous n’êtes pas sans savoir qu’une Commission Permanente se déroule le 11 décembre. 14 000 pages de délibérations sont inscrites à l’ordre du jour de cette Commission Permanente. Il est impossible de pouvoir exercer dans de bonnes conditions notre droit d’amendement inhérent au droit d’initiative des conseillers régionaux alors que nous devons préparer une telle commission permanente qui se réunit le jour où nous sommes censés déposer les amendements au projet de budget 2021 du Conseil Régional.

De plus, la commission sectorielle chargée d’examiner et d’émettre un avis sur le Budget primitif 2021 se réunie jeudi 10 décembre. Selon le calendrier proposé, les élus auraient donc uniquement 24 h pour préparer et déposer des amendements budgétaires. Ce n’est pas respectueux des prérogatives des membres de notre Assemblée délibérante.

Par ailleurs, nous soulignons encore ici aussi le caractère irrégulier de cette décision qui se fonde sur l’article 14 du règlement intérieur, lui-même irrégulier. Sur le caractère irrégulier de l’article 14, nous vous renvoyons à l’annexe 2 jointe à ce courrier.

Nous vous prions en conséquence de bien vouloir reporter, au minimum au mardi 15 décembre, la date limite de dépôt des vœux, amendements et questions orales.

Madame la Présidente, madame et messieurs les présidents, nous vous remercions de bien vouloir donner suite à notre demande et vous prions de recevoir nos salutations les plus républicaines..

Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys

Annexes à retrouver ici: courrier AP et amendements

Assemblée régionale du 19 novembre 2020: les élus insoumis font avancer des causes communes

Face à la crise sanitaire et pour préparer l’avenir, les élus insoumis font avancer des causes communes.

Nous nous félicitons que deux propositions des élus insoumis aient été voté majoritairement par l’Assemblée régionale. Ainsi, la Région s’est prononcée pour :

Par contre, le voeu que nous avons porté pour un fonds d’urgence pour les arts et la culture a été rejeté en raison de l’opposition des groupes PS et PRG. Nous le déplorons.

Parce que les crises écologiques, sociales et démocratiques appellent des réponses à la hauteur des enjeux, nous n’avons pas approuvé la délibération « Green New Deal régional ». Les propositions de la convention citoyenne, au lieu d’être approfondies, sont ramenées à des généralités pour justifier les politiques régionales existantes. Au contraire, il aurait été bienvenu d’introduire le RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne) et de mettre en conformité les actes de la Région avec les ambitions écologiques affichées. Une alternative est nécessaire, notamment pour réorienter les politiques régionales, protéger l’emploi, organiser la relocalisation des activités économiques et cesser les grands projets ruineux et désastreux pour l’écologie. La question sociale doit également devenir centrale avec les annonces successives de plans sociaux en Région.

Vous pouvez retrouver l’intervention de Guilhem Serieys à propos de « Green New Deal » ainsi que celle de Jean-Christophe Sellin sur les orientations budgétaires.

Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys, conseillers régionaux de La France Insoumise

Emploi, méga-scierie, interdiction des manifs… : les faits marquants de l’Assemblée régionale du 16 juillet

Victoire pour l’emploi 

Lors de l’Assemblée plénière du Conseil régional du 16 juillet 2020, les élu-es de La France Insoumise ont proposé et fait adopter un vœu intitulé « Pour un bouclier social et une planification écologique ». face aux plans de suppressions d’emplois dans la filière aéronautique.

Seuls les élus du RN et de droite ne l’ont pas voté. La Région demande le maintien des emplois et le niveau des salaires et condamne les Accords de Performance Collective comme celui de l’entreprise Derichebourg. Vous pouvez retrouvez ici le texte du vœu adopté. Nous adressons notre soutien fraternel aux salarié-e-s concerné-e-s.

La méga-scierie de Lannemezan

Dans la continuité de nos combats contre les grands projets inutiles, nous avons alerté les élu-e-s de la région Occitanie et proposé un vœu sur le projet d’installation d’une importante scierie et d’une usine de co-générération sur le plateau de Lannemezan. Ce projet aurait pour conséquence une dégradation importante du patrimoine des hêtraies Pyrénéennes. Nous avons donc proposé le vote d’une motion pour demander l’abandon de ce projet. Nous n’avons pas été suivis par les conseillers régionaux PS, PRG, LREM, droite et FN qui ont tous refusé de voter notre proposition.

L’interdiction des manifestations

Nous avions déposé un question orale pour interroger Carole Delga sur sa demande plusieurs fois réitérée, au nom du Conseil régional, de généralisation de l’interdiction des manifestations sur tout le territoire d’Occitanie le samedi au delà du 10 juillet. Nous voulions aussi lui demander de clarifier sa pensée vis à vis des élus de La France Insoumise qu’elle a qualifié dans la presse de « soutiens des casseurs ». Carole Delga a déclaré irrecevable notre question orale et a donc refusé d’y répondre au prétexte que ce sujet ne serait pas « d’intérêt régional ». C’est pourtant justement elle qui a déclaré avoir saisi le préfet de Région pour demander cette généralisation de l’interdiction de manifester en sa qualité de présidente de Région. Nous condamnons très fermement sa positon qui sur le fond est une atteinte au droit fondamental de manifestation et qui sur la forme est une utilisation abusive de ses prérogatives d’autant plus inacceptable qu’elle refuse d’en rendre compte devant l’Assemblée délibérante.

Les interventions des élus insoumis

Vous pouvez retrouver nos interventions en vidéos.
Myriam Martin est intervenue sur le « plan de relance pour l’emploi » qui n’est pas à la hauteur des enjeux, concernant entre autres l’aéronautique : l’aide de la collectivité sans contrepartie n’est pas acceptable quand Airbus annonce autant de licenciements. La crise de l’aéronautique exige d’autres réponses sociales et structurelles, dirigeant la filière là aussi, vers la transition écologique. Les élus insoumis se sont abstenus sur ce plan quand tous les autres élus (PS, PCF, EELV, droite, FN) l’ont approuvé.
Guilhem Serieys est intervenu sur la proposition de « Green New Deal, acte 1 » qui est un satisfecit vis à vis du plan de relance proposé par la commission européenne. Ce plan est pourtant une entourloupe puisqu’il est insuffisant et surtout conditionné au Semestre européen, c’est à dire à des conditions de type « réformes structurelles » réforme des retraites, privatisations… Il a rappelé que pour engager la bifurcation écologique régionale, il fallait commencer par stopper les Grands Projets Inutiles portés ou soutenus par la Région comme l’autoroute Castres-Toulouse ou le Grand port de Port-La-Nouvelle. Il s’est enfin prononcé pour que les citoyens qui participeront à la convention citoyenne tirée au sort au mois de septembre puissent avoir plus de droits démocratiques et de temps de parole que les élus minoritaires de l’Assemblée régionale qui sont limités, en toute irrégularité, à une minute d’expression.
Jean-Christophe Sellin s’est exprimé sur la DM et les finances régionales qui vont être impactées par les conséquences de la refonte de la taxe professionnelle (CVAE) et des dotations de fonctionnement indexées sur la TVA. C’est une arnaque gouvernementale, malheureusement prévisible qui étrangle aujourd’hui les régions. Nous l’avions dénoncée depuis longtemps.

Face au plan de la direction d’Airbus, la Région  pour un bouclier social et la planification écologique !

Communiqué de Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys, conseillers régionaux d’Occitanie:

Lors de l’Assemblée plénière du Conseil régional du 16 juillet 2020, les élu-es de La France Insoumise ont proposé et fait adopter un vœu face aux plans de suppression d’emplois dans la filière aéronautique. Seuls les élus du RN et de droite ne l’ont pas voté. La Région demande le maintien des emplois et le niveau des salaires. Elle condamne les Accords de Performance Collective comme celui de l’entreprise Derichebourg. Nous adressons notre soutien fraternel aux salarié-e-s concernés.

Voici le texte intégral du vœu adopté :

Vœu déposé par les élus de La France Insoumise, Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys

Face au plan de la direction d’Airbus: bouclier social et planification écologique
La nouvelle est tombée le 1er juillet : 15000 postes seraient supprimés dans le monde dont 5000 en France. A Toulouse ce n’est pas loin de 3500 emplois qui sont menacés. Toute la Région Occitanie est en danger. Cette annonce survient alors que l’État s’est engagé à verser 15 milliards d’aide pour la filière aéronautique et que notre collectivité développe un plan d’aide pour l’aéronautique et le spatial (plan de soutien de 99 millions d’euros).

Or, si Airbus est en difficulté au sortir de la crise sanitaire, Airbus a également connu une croissance exponentielle ces dernières années et des bénéfices importants. Selon les syndicats de salariés, son carnet de commande est par ailleurs plein pour plusieurs année mais les livraisons sont refusées.

Il est nécessaire d’engager un travail collectif et une concertation avec les salariés sur le maintien de l’emploi et le niveau des salaires, au vu des aides mobilisées par l’Etat et les collectivités territoriales.

Le chantage à l’emploi, comme il se pratique parfois (notamment avec la mise en place d’Accords de Performance Collective, dispositif introduit dans la loi par la réforme du code du travail au début du mandat d’Emmanuel Macron) n’est pas acceptable non plus.

D’autres choix sont possibles comme le partage du temps de travail, la conversion avec des pistes autour des différents projets d’avions plus écologiques…

Le conseil régional réuni en assemblée plénière demande à Airbus de revoir sa position au vu des aides multiples engagées et de travailler avec l’état, les collectivités et les salarié-e-s à des solutions de maintien des activités.

communiqué région voeu aéronautique adopté

 

Assemblée plénière du 16 juillet: plus que jamais, face à la crise, il faut planifier!

Communiqué de Myriam Martin, Jean Christophe Sellin et Guilhem Serieys, élu-e-s de la France Insoumise, conseil régional Occitanie.

L’assemblée plénière de la région Occitanie se déroulera le 16 juillet dans un contexte particulier, celui de la crise post Covid 19. D’ailleurs elle se tiendra dans un format inédit puisque ne seront pas présent-e-s tous-tes les élu-e-s régionaux-les. Mais surtout elle aura à traiter à l’ordre du jour trois points censés répondre aux conséquences multiples de la crise sanitaire : un plan de relance pour l’emploi, un plan de transformation et de développement intitulé « Green new deal, Acte 1 », une décision modificative budgétaire découlant de ces deux plans.

Les finances régionales vont être impactées par les conséquences de la refonte de la taxe professionnelle (CVAE) et des dotations de fonctionnement indexées sur la TVA. C’est une arnaque gouvernementale, malheureusement prévisible qui étrangle aujourd’hui les régions. Nous l’avions dénoncé depuis longtemps.

Force est de constater que ces plans sont plus audacieux dans l’intitulé des titres qu’au sein des propositions faites. La crise écologique mise encore plus en exergue durant la période que nous venons de vivre, exige qu’on élabore enfin une vraie planification démocratique pour opérer l’essentielle transition écologique.
Quant au plan de relance pour l’emploi il n’est pas à la hauteur des enjeux, concernant entre autres l’aéronautique : l’aide de la collectivité sans contrepartie n’est pas acceptable quand Airbus annonce autant de licenciements. La crise de l’aéronautique exige d’autres réponses sociales et structurelles, dirigeant la filière là aussi, vers la transition écologique.

C’est pourquoi les élu-e-s régionaux-ales de la France Insoumise soumettront un vœu aux élu-e-s de l’assemblée plénière un vœu (cliquez pour lire le Voeu aéronautique) dont l’objectif est de réclamer un bouclier social pour tous les salarié-e-s (Airbus et sous-traitants) ainsi que la planification écologique de la filière.

Dans la continuité de nos combats contre les grands projets inutiles, nous souhaitons par un autre vœu, alerter les élu-e-s de la région Occitanie, sur le projet d’installation d’une importante scierie et d’une usine de co-générération sur le plateau de Lannemezan. Ce projet aurait pour conséquence une dégradation importante du patrimoine des hêtraies Pyrénéennes (cliquez ici pour lire le Voeu Scierie Lannemezan).

Fidèles à nos engagements internationalistes, nous comptons rappeler, face à l’escalade au Proche Orient à cause de la politique de M. Netanyahou, notre attachement au respect des droits humains, au libre droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, au respect du droit international qui sont les garanties pour vivre ensemble dans un monde de paix et de justice. (Cliquez ici pour lire le vœu Pour le respect du droit international en Palestine)

Enfin, nous interpellerons Carole Delga par une question orale sur son attitude pendant l’entre-deux tours des élections municipales à Toulouse où elle a demandé au titre du Conseil régional la généralisation de l’interdiction des manifestations le samedi au delà du 10 juillet (retrouver ici la question orale).

.

Port-La-Nouvelle : un 49.3 anti-écologique

Près de 500 millions d’euros sont engoufrés dans un projet délirant, productiviste et désastreux pour la nature, sans que les citoyens ne soient vraiment informés et ne soient consultés.

Ce 5 mars, au début de l’Assemblée plénière, des militants du collectif contre l’extension du port ont voulu intervenir et ont été expulsés.

Le Conseil Régional a voté aujourd’hui une «stratégie agriculture durable », une « stratégie régionale pour la diversité » et un rapport d’information sur le changement climatique. Ces trois rapports rappellent l’urgence de l’action face au changement climatique.

Nous avons donc proposé un amendement pour que la Région mette en conformité ses actes avec ce diagnostic et décide notamment un moratoire sur les travaux d’extension de Port-La-Nouvelle.

Notre amendement n’a recueilli que 10 voix.

Ont voté pour : 4 élus LFI, 3 élus EELV, 3 élus de droite

6 ont voté abstention : 6 élus EELV

92 ont voté contre : 1 élu EELV, les élus PS, PCF et la droite

36 ont voté NPPV : les élus RN

Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin, Guilhem Serieys, conseillers régionaux de La France Insoumise