Le duo Delga/ Onesta en région Occitanie censure la France insoumise ! 

Depuis 3 ans maintenant, sous la houlette de Carole Delga et Gérard Onesta, le Conseil régional Occitanie subit une dérive obsessionnelle qui vise à utiliser de façon abusive le règlement intérieur de la collectivité pour empêcher les débats, restreindre les droits démocratiques des élus et réduire le pluralisme politique.

Les élus de la France Insoumise sont particulièrement visés avec des règles, pourtant illégales, qui leur sont appliquées. Par exemple, chaque élu de la France Insoumise n’a le droit d’intervenir qu’une unique minute sur un unique rapport pendant plus de dix heures d’Assemblée !

Ce jeudi 19 décembre, un nouveau seuil a été franchi. Il a été refusé à Myriam Martin, présidente de la commission éducation, la présentation d’un vœu sur la question de devenir de l’éducation au prétexte que ce sujet ne serait pas « d’intérêt régional » !

Mais surtout, Carole Delga et Gérard Onesta ont décidé de modifier politiquement le contenu de documents présentés par les élus insoumis à l’Assemblée plénière, en rayant au feutre la mention de leur appartenance politique et en effaçant des signatures manuscrites !

C’est de la censure. C’est un régime d’exception contre la France Insoumise puisque les autres courants politiques échappent à ces mesures d’effacement.

Comme au plan national avec la politique de Belloubet et Castaner, le duo Delga( PS) et Onesta (EELV) a en commun de vouloir bâillonner la France insoumise.

Il ne s’agit pas ici de perquisitions mais de règles illégales, d’humiliations procédurières et de ciseaux. Ce n’est pas acceptable non plus.

 

 

4 commentaires sur “Le duo Delga/ Onesta en région Occitanie censure la France insoumise ! 

  1. Si ces faits s’avèrent exacts, il faut les retenir pour l’élection qui vient. Pour ma part, je trouve que contrairement au départ, Onesta est d’une discrétion publique suspecte…

    J'aime

  2. […] Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il est toujours difficile pour les élu-e-s insoumis-e-s que nous sommes de participer au débat car, nous sommes toujours relégué-e-s comme élu-e-s non inscrit-e-s, sans moyen et avec une minute en tout et pour tout, de temps de parole, pour chacun et chacune sur toute la séance. La seule chose qui nous soit autorisée c’est de déposer des vœux nous permettant d’aborder des sujets d’actualités. Au nom de ce règlement intérieur mis en place sous la houlette de Gérard Onesta, le débat est superficiel, insuffisant, corseté et même parfois il n’a pas lieu puisqu’un des vœux déposés par nos soins, sur l’école, a été jugé irrecevable et n’a pu être présenté (vous pouvez retrouver le vœu ici). Aussi devant ces entraves répétées à l’expression démocratique, nous sommes intervenus dès l’entame de l’assemblée plénière afin de protester de l’arbitraire que nous subissons (voir l’intervention à ce propos de Jean-Christophe). Voici le communiqué de presse que nous avons rédigé à propos de la censure que nous subissons. […]

    J'aime

  3. […] Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il est toujours difficile pour les élu-e-s insoumis-e-s que nous sommes de participer au débat car, nous sommes toujours relégué-e-s comme élu-e-s non inscrit-e-s, sans moyen et avec une minute en tout et pour tout, de temps de parole, pour chacun et chacune sur toute la séance. La seule chose qui nous soit autorisée c’est de déposer des vœux nous permettant d’aborder des sujets d’actualités. Au nom de ce règlement intérieur mis en place sous la houlette de Gérard Onesta, le débat est superficiel, insuffisant, corseté et même parfois il n’a pas lieu puisqu’un des vœux déposés par nos soins, sur l’école, a été jugé irrecevable et n’a pu être présenté (vous pouvez retrouver le vœu ici). Aussi devant ces entraves répétées à l’expression démocratique, nous sommes intervenus dès l’entame de l’assemblée plénière afin de protester de l’arbitraire que nous subissons (voir l’intervention à ce propos de Jean-Christophe). Voici le communiqué de presse que nous avons rédigé à propos de la censure que nous subissons. […]

    J'aime

  4. […] Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il est toujours difficile pour les élu-e-s insoumis-e-s que nous sommes de participer au débat car, nous sommes toujours relégué-e-s comme élu-e-s non inscrit-e-s, sans moyen et avec une minute en tout et pour tout, de temps de parole, pour chacun et chacune sur toute la séance. La seule chose qui nous soit autorisée c’est de déposer des vœux nous permettant d’aborder des sujets d’actualités. Au nom de ce règlement intérieur mis en place sous la houlette de Gérard Onesta, le débat est superficiel, insuffisant, corseté et même parfois il n’a pas lieu puisqu’un des vœux déposés par nos soins, sur l’école, a été jugé irrecevable et n’a pu être présenté (vous pouvez retrouver le vœu ici). Aussi devant ces entraves répétées à l’expression démocratique, nous sommes intervenus dès l’entame de l’assemblée plénière afin de protester de l’arbitraire que nous subissons (voir l’intervention à ce propos de Jean-Christophe). Voici le communiqué de presse que nous avons rédigé à propos de la censure que nous subissons. […]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s