COMMISSION PERMANENTE DU 18 NOVEMBRE

Les explications de votes de Guilhem Serieys

« Plutôt que la LGV à 10 milliards, donnons la priorité aux trains du quotidien et à l’intérêt général humain et écologique »

Transports et Infrastructures

Rapport 10.02 – LGV : Le vote de ce rapport implique le lancement opérationnel en du Grand-Projet Sud-Ouest et de la LGV nouvelle entre Bordeaux et Toulouse avec un premier financement du conseil régional de 5,6 millions. Je rappelle tout d’abord qu’il ne s’agit pas ici d’une compétence du conseil régional, lequel est compétent pour les Trains Express Régionaux, c’est-à-dire les trains du quotidien et non  pour les grandes lignes. D’autre part, ayant l’honnête de reconnaitre que le plan de financement de ce projet n’est toujours pas bouclé. Sur le fond, le rapport affirme de façon mensongère qu’il n’y a pas d’alternative à ce projet. On aurait ainsi le choix entre ce projet à 10 milliards ou Paris à 4h10 de Toulouse. C’est faux comme l’a démontré l’étude pour le réaménagement de la ligne existante. Enfin sur la forme, il n’est tenu aucun compte de l’avis négatif qui a été rendu par les commissaires enquêteurs à l’issue du débat d’enquête publique, lequel reprend nos argumentations contre ce projet. Sur la forme encore, on nous avait dit que les Etats Généraux du Rail allaient déboucher sur des choix concertés notamment concernant la LGV. Or, avant même la présentation de la phase des conclusions des Etats Généraux, nous engageons ces 5,6 millions. Si les Etats Généraux ne sont pas seulement un alibi pour des choix en fait déjà arrêtés, il faut en donner la preuve et remettre nos choix à plat. Plutôt que la LGV à 10 milliards, donnons la priorité aux trains du quotidien et à l’intérêt général humain et écologique.

C‘est pourquoi je vote contre.

Vote contre : EELV

Vote pour : PS, PCF, PRG, droite, FN

Je m’abstiens sur le rapport 10.07 relatif au pôle multimodal de Matabiau, sur le rapport 10.19 et la déviation de Castries.

Emploi, formation professionnelle et apprentissage

Rapport 8.03 : Le financement de cette étude d’innovation technologique est demandé par l’UIMM, fédération patronale dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle ne présente pas de besoins financiers, ses réserves s’élevant à plus de 300 millions d’euros et leur utilisation étant pour le moins baroque. Je note par ailleurs que l’agence Maadeli, organisme satellite de la Région, finance déjà cette étude, je ne vois donc pas pourquoi le conseil régional subventionnerait deux fois.

C’est pourquoi je vote contre.

Vote abstention : PCF

Vote pour : EELV, PS, PRG, droite, FN

Rapport 8.14 : Cette convention permet la mise en place d’un « Dispositif Emploi Apprenti Professeur  (DEAP)» intégré à la carte des formations par apprentissage de la Région. Pourtant, je ne vois pas en quoi il s’agit d’apprentissage. Ce dernier est en effet censé délivrer une formation qualifiante sanctionné par la délivrance d’un diplôme. S’il s’agit ici de permettre des stages en immersion dans les établissements scolaires pour les étudiants futurs enseignants, ceux-ci doivent relever des universités dans l’organisation des cursus et non du conseil régional. Accepter le vote de ce dispositif en Occitanie revient à accepter de différencier la formation des enseignants selon les régions et au final remettre en cause le cadre national des formations et du recrutement.

C’est pourquoi je vote contre.

Vote abstention : PCF

Vote pour : EELV, PS, PRG, droite, FN

Industrie, Grands groupes, Services aux entreprises

L’ensemble de ces rapports et subventions n’intègrent pas de critères suffisants en matière sociale et écologique. Nous n’avons aucune indication sur l’utilisation qui a été faite par ces entreprises des cadeaux fiscaux du gouvernement, notamment des 41 milliards annuels du Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi.

Je m’abstiens donc sur tous ces rapports.