GARE TGV DE LA MOGERE: LA DOUBLE PEINE !

COMMUNIQUE DU PARTI DE GAUCHE 34

Faut-il faire passer artificiellement des trains à la Mogère pour tenter de justifier sa construction? Si la question peut paraître absurde, elle est désormais clairement posée.

Philippe SAUREL, exige depuis quelques temps déjà que la SNCF fasse passer des trains à la Mogère.

C’est désormais Carole DELGA, qui semble tentée par cette porte de sortie insensée. Elle déclare ainsi dans la presse « La SNCF doit nous indiquer combien de trains pourraient arriver à la Mogère. Notre investissement était lié à un certain niveau de service et à la possibilité d’augmenter le nombre de TER en gare de Saint-Roch. Nous voulons un nombre significatif de trains à la Mogère, pas deux ou trois »

C’est que justifier la construction de la gare de la Mogère, prétexte à l’opération immobilière Oz, inutile et coûteuse, devient un exercice périlleux.

En effet, au mois de mai, l’observatoire de la saturation ferroviaire révélait que la gare Saint-Roch de Montpellier n’était pas saturée et que le projet de la gare de la Mogère était donc basé sur un mensonge technique.

Sans compter qu’il s’agira d’une gare fantôme: aucun train n’y circulera tant que le contournement Nîmes-Montpellier ne sera pas opérationnel et la SNCF  a émis des doutes sur son utilité tant que la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan, prévue vers 2030 si elle est financée, ne serait pas réalisée.

Pour les usagers c’est la double peine: les voyageurs perdront au moins 30 minutes pour rejoindre la gare de la Mogère et la ligne 5 du tramway, qui correspond elle a un véritable besoin, est remises au calendes Grecque!

Le Parti de Gauche 34 reste mobilisé et vigilant. Il demande avec force a Philippe SAUREL, maire de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole, à Carole DELGA, Présidente de la région Occitanie Pyrénées Méditerranée, à Pierre POUËSSEL, Préfet de l’Hérault, et à la SNCF de ne pas s’entêter contre les citoyens et l’intérêt général et de sortir de cette situation désastreuse par le haut.

Muriel Ressiguier, conseillère régionale et co-secrétaire du PG 34,

 René Revol, Maire de Grabels,

Joel Vezinhet, co-secrétaire du PG 34.