CP Parti de Gauche région LRMP

Au Conseil Régional, le nom de la Région est avancé mais la démocratie recule

Eclipsée par le choix du nom d’Occitanie, l’adoption du nouveau règlement intérieur du conseil régional ce vendredi 24 juin constitue pourtant un grave recul démocratique.
En effet, ce texte complique le dépôt d’amendements, limite les prises de paroles et surtout, porte à 7 le nombre d’élus nécessaire pour constituer un groupe politique.
Pourtant, ce seuil avait été fixé à 4 élus lors de l’installation du nouveau conseil régional en janvier dernier.
Cette décision proposée en catimini par le groupe PS avec le soutien de la présidence du bureau de l’assemblée vise à empêcher l’expression de la pluralité politique au conseil régional. Ce seuil de 4 élus était un garde fou démocratique contre les tentations hégémoniques et assurait le respect des diverses sensibilités et minorités en leur permettant de se constituer en groupes politiques si elles le souhaitaient.
A l’heure où chacun parle de « crise démocratique », nous condamnons la manœuvre politicienne à l’origine de cette décision. Ce coup de force vise clairement les élus du Parti de Gauche et de la Nouvelle Gauche Socialiste porteurs d’une sensibilité politique propre qui s’est exprimée à plusieurs reprises dans leurs votes.
En cela, ils sont fidèles aux engagements éthiques et démocratiques de la liste « Nouveau Monde en commun ».
C’est pourquoi le Parti de Gauche soutient les élu-e-s Liem Hoang Ngoc, Muriel Ressiguier, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys qui se sont opposés à ce recul démocratique d’ailleurs dénoncé bien au delà de ces quatre élu-e-s.