Intervention de Guilhem Serieys à la commission permanente 14 avril 2016

Agriculture

Rapport O3.01 Influenza Aviaire

Il s’agit de la mise en œuvre du plan de soutien aux producteurs dont nous avions tracés les grandes lignes lors de la dernière commission permanente. Le dispositif est très positif car il devrait permettre d’accompagner particulièrement les petits exploitants à se mettre aux normes. Je souhaite soulever une inquiétude : celle des cotisants solidaires qui ne peuvent pas accéder aux aides européennes et se trouveraient exclus aussi du dispositif.

Nous avons l’information que ce problème touche dans le Lot, le Gers, l’Aude, une quinzaine de personnes ce qui mettrait en péril leur activité. Nous n’avons pas eu de retour sur d’autres départements mais la situation devrait se présenter également. Notre groupe souhaite que notre collectivité puisse trouver une solution pour ces cotisants solidaires qui sont en phase d’installation progressive.

Rapport 03.05 : A propos des aides à la conversion et au maintien en agriculture biologique, nous nous félicitons que des plafonds soient enfin mis en place pour limiter les effets d’aubaines. Cela correspond à nos propositions lors du mandat précédent en Midi-Pyrénées.  Nous exprimons quand même de fortes inquiétudes sur l’aide à l’agriculture  bio qui ne pourrait pas être assurée sur l’ensemble de la période du PDR.

Nous sommes également d’accord pour que la rétroactivité du plafonnement ne s’applique pas aux JA qui ont déposé un projet d’installation en 2015.

Il me paraît important d’insister sur le rôle et la persévérance dont on fait preuve les précurseurs en AB, certains même étaient pris pour des farfelus alors qu’ils croyaient dur comme fer à un nouveau modèle agricole et économique. Ils ont aussi, et c’est important de le noter dans le contexte d’aujourd’hui, testé, mis en place, construit, déconstruit et reconstruit de leurs mains, avec une forte volonté et motivation des contrats.

Rapport 03.07 : Nous nous abstiendrons sur ce rapport concernant les subventions pour les petits investissements en attendant la refonte des critères d’aides pour lesquels nous souhaitons plus de contraintes écologiques et sanitaires, notamment une clause non-OGM.

Formation professionnelle

Rapport 08.18 : Déclinaison régionale du « Plan 500 000 » pour l’emploi et la formation professionnelle »

Il s’agit d’inscrire la région dans le plan d’urgence pour l’emploi présenté par le président de la République le 18 janvier, plan d’urgence ni suffisant ni différent des recettes qui ont pourtant montré leur inefficacité. Ce plan n’a donc convaincu personne. Pour autant, le volet formation et l’annonce de 300 000 places de formations supplémentaires au plan national implique directement la région.

En Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, il s’agit de créer 30 000 places de formation supplémentaires, favoriser le développement de l’apprentissage et des dispositifs de qualification et d’orientation.

Je veux exprimer nos inquiétudes concernant l’obligation de moyens auquel l’état doit s’engager vis-à-vis de la région. Les moyens en matière de compensation financière concernant les nouvelles formations achetées par la région mais également les moyens mobilisés à travers pôle emploi. L’offre de formation supplémentaire est très importante. Or la nouvelle organisation de pôle emploi (externalisation, dématérialisation, diminution des accueils…) risque de rendre difficile ce type d’ambition.

Nous nous abstiendrons sur ce rapport en attente du prochain rapport qui détaillera le contenu et les moyens alloués.

Sport

18.05 Euro football 2016 : convention Région et Ville de Toulouse

Ce rapport nous propose de verser à la ville de Toulouse une subvention de 300 000 euros pour établir un partenariat de communication dans le cadre de l’euro 2016.

Ce dossier nous pose un vrai problème. Le conseil régional Midi-Pyrénées est déjà intervenu à hauteur de 6 millions d’euros pour participer à la rénovation du stadium de Toulouse dans la perspective de l’euro. Par ailleurs, nous avons voté lors de la dernière commission permanente un « plan emploi » pour accompagner l’euro du point de vu du développement économique induit par cette manifestation et de l’accès à l’emploi.

Ces deux aspects méritent déjà amplement que le conseil régional soit associé en matière de communication aux manifestations organisées à Toulouse dans le cadre de l’euro de football. Tout ce qui est prévu dans cette convention (logo dans le guide des supporters, le partenariat dans le journal de la ville de Toulouse, l’utilisation du réseau d’affichage…) devrait aller de soi sans cette nouvelle participation de 300 000 euros. Et ce d’autant plus que les moyens ne manquent pas dans le football professionnel, que ce soit par le biais des droits TV ou par le biais du sponsoring privé. Les moyens manquent à l’inverse pour le sport amateur et l’ensemble des dispositifs de services publics qui devraient être prioritaires. C’est pourquoi nous voterons contre ce rapport et j’appelle notre assemblée à le rejeter.